La Rouvière

Paris, capitale de la mode, fait évoquer des noms comme Yves St-Laurent, Gabrielle Chanel, Karl Lagerfeld ou Christian Dior. Pourtant Paris a connu un de ses plus grands couturiers au 18e siècle : Jacques la Rouvière.

La Rouvière, en plus de confectionner la garde-robe du roi, aimait explorer les nouvelles matières textiles. C’est un des premiers Européens à reconnaitre les vertus de la soie d’Amérique, l’asclepias syriaca.

Ses découvertes conduit roi Louis XV à lui octroyer le droit exclusif de commercialisation de la soie d’Amérique que l on appelle aussi à l’époque la houette. :

À Versailles, le 4 octobre 1757.

« Vu au Conseil d’État du roi, la requête présentée en icelui par le sieur Jacques La Rouvière, bonnetier ordinaire du roi, tendance à ce que, pour les causes y contenues, il plût à Sa Majesté lui permettre de fabriquer et faire fabriquer, sur autant de métiers qu’il voudra établir, vendre et débiter dans la ville et faubourgs de Paris, dans l’étendue du royaume et partout ailleurs, toutes sortes d’étoffes tant unies que brochées et autres ouvrages de bonneterie, composés d’une matière dont il a fait la découverte, appelée houette ou chardon pure…. »ballot de tige

La culture de la soie d’Amérique avait déjà commencé en France, elle faisait l’objet de beaucoup d’espoir de commercialisation tant pour les étoffes (bien qu’en mélanges avec d’autres fibres) , que pour la literie.

La victoire des Anglais sur la France en 1759 fait oublier ce beau projet à la faveur de la soie animal et du coton dont l’Angleterre domine les territoires de production.

Références:
Traité des asclépiades, C.S Sonnini, Chez F. Buisson, Librairie, rue Guilles-Cœur, Paris,no 10, 1810

Essai sur nouvelles découvertes intéressantes pour les arts, l’agriculture et le commerce. Par M. Larouvière, Bonnetier ordinaire du Roi, & de toute la Famille Royale. Liège, Chez Fétil, Libriaire, rue des Cordeliers, 1770.